Produits braille et basse vision pour déficients visuels Tel : 01 69 19 14 60
E-mail : info@visiole.fr

Les facteurs de risque de la DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA connait différents facteurs dont certains peuvent être corrigés, d’autres non. Ainsi, elle peut être favorisée par d’autres causes que celle qui est la plus évidente, l’âge.

Dans les développements qui suivent, nous allons voir quels sont les différents facteurs de risque de la DMLA ainsi que les avancées scientifiques qui ont été faites sur le sujet.

Les facteurs d’apparition de la DMLA

L’âge occupe une première place parmi les facteurs de risque de la DMLA étant donné que 10 à 30% des seniors âgés de plus de 75 ans en souffrent.

A cela s’ajoute aussi le tabagisme, confirmé par de nombreuses études comme étant l’un des principaux facteurs aggravants de la dégénérescence maculaire. Les risques qu’elle apparaisse sous sa forme avancée sont même doublés chez les sujets qui ont fumé sur une période de 20 ans. Le risque est à multiplier par 5 chez les fumeurs depuis plus de 40 ans.

Certains gènes sont également pointés du doigt comme étant des facteurs d’apparition de la DMLA au même titre que l’alimentation dépourvue d’antioxydants, d’oméga 3 et de pigments  appartenant à la famille des caroténoïdes comme la lutéine, le zéaxanthine…

On peut aussi citer comme facteur probable, le surpoids et l’obésité qui double le risque de présenter une DMLA avancée, les yeux clairs qui supposent une exposition plus grande des cellules de la rétine aux rayons ultraviolets et enfin, l’hypertension artérielle.

Enfin, il a aussi été démontré que les femmes sont deux fois plus exposées à la DMLA que les hommes.

Les progrès de la science dans le domaine de la DMLA

Il faut savoir que la DMLA constitue une maladie qui demande une réponse bien différente de celle qui se destine aux autres catégories de déficience visuelle.

Ainsi, les solutions classiques telles que les lentilles de contact sont loin d’être suffisantes étant donné qu’elles apportent une simple correction et sont bien loin de restaurer les capacités originelles de la rétine d’une personne atteinte de DMLA.

Heureusement, les avancées technologiques en la matière sont plus que prometteuses lorsqu’on regarde du côté des chercheurs américains et suisses qui ont par exemple mis au point une lentille de contact capable d’amplifier de manière substantielle la capacité de vision des personnes atteintes de DMLA.

Les solutions du futur promettent même de gagner en discrétion et en praticité, deux critères essentiels pour une intégration complète auprès des patients et auxquels on ajoutera encore la simplicité de mise en œuvre, car ne nécessite pas d’interventions chirurgicales pour l’implantation du dispositif.

Parmi les solutions qui se développent actuellement en matière de traitement de la DMLA, on citera aussi les implants rétiniens et les cellules souches quoiqu’on ne soit pas encore arrivé à un stade assez avancé qui exclurait tout risque pour le patient.

Pour conclure, la DMLA fait l’objet d’une attention particulière auprès des chercheurs et promet des solutions plus efficaces et plus viables dans un futur plus proche que ce que l’on pourrait croire.